Qui était Eugène Freyssinet ?

 

Né le 13 juillet 1879 à Objat, Corrèze, décédé le 8 juin 1962, Eugène Freyssinet était l’héritier d’une lignée d’artisans corréziens qui avaient connu des conditions de vie extraordinairement difficiles dans les villages très pauvres des plateaux corréziens, et avaient appris à utiliser leur ingéniosité pour survivre et construire malgré le dénuement et la pénurie de matériaux. Eugène Freyssinet s’est toujours considéré comme l’héritier de cette race d’artisans ingénieux et économes. Il pensait que tout gaspillage de matière et de main-d’œuvre est une trahison.

Il se faisait une très haute idée de la mission sociale du constructeur : « l’action et la responsabilité du constructeur rejoignent donc celles des chefs qui dirigent les activités éthiques, politiques ou guerrières des sociétés humaines, il est avec eux un des guides responsables de leur prospérité ou de leur déclin, du bonheur ou du malheur de leurs membres. Utiliser au mieux les ressources de la collectivité n’est donc pas, pour le constructeur, un simple moyen d’acquérir gloire ou fortune, ou élégance d’esprit. C’est une impérieuse obligation ».

Eugène Freyssinet était économe par hérédité et aussi par nécessité. Il a lui aussi connu les périodes de pénurie des deux guerres mondiales et des deux après-guerres. A la fin de la première guerre mondiale, il va construire un affût de canon en béton armé et non en acier parce que l’acier manque. On a peine à imaginer l’intensité de la pénurie du début du XXe siècle.

 

Affût de canon en béton armé

Affût de canon en béton armé